CONTREBRASSENS
CONTREBRASSENS

CONTREBRASSENS

Brassens • Pauline Dupuy et Michael Wookey
Brassens par une femme ? Georges en aurait fait une chanson ! Pauline Dupuy ose avec respect et malice. Avec féminité. Et la surprise est magistrale

Pauline Dupuy ose un des plus jolis répertoires. En exploitant toutes les sonorités de son instrument, elle souligne la profondeur des textes et met en valeur toute leur humanité. La voix est douce, particulièrement mélodique. Pauline accomplit le tour de force de faire, tout à la fois, revivre et oublier Brassens. Sa parole est mutine ou amusée, sa complicité avec les musiciens partagée avec le public. En live, Pauline crée une atmosphère intimiste, délicate. On oscille constamment entre la musique sacrée et la musique sacrilège, entre le respect immense du spectre paternel et l'irrévérence amusée nécessaire à un tel exercice.

• • •

LU DANS LA PRESSE

Il est quasiment impossible de faire l'unanimité dans le domaine des interprètes brasséniens. Pauline l'a fait. Comme au sortir de son œuf, ce petit joyau va vous donner un coeur tout neuf.
Revue Les amis de Georges, Jean-Marc Dermesropian

Pauline a la prétention de chanter Brassens... et elle le fait comme personne. Avec talent et fraîcheur. Avec respect et malice. Avec féminité. Et la surprise est magistrale. Rare.
Rue du Théâtre, Karine Prost

Vilaine, divine fiancée, pucelle ou putain, toutes sont conviées à la fête. […] De l’archet de l’imposante contrebasse naissent soudain des bourrasques profondes et des rafales tragiques. Sur Cupidon, c’est au contraire un toucher facétieux qui enchante.
Théâtre du blog, Stéphanie Ruffier

 

 

musique
Dates
ven 9 avril 2021 - 20:30
Lieu
Espace Simone Signoret
Tarif
Partagez !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

vous aimerez aussi