DEBOUT SUR LE ZINC CHANTE VIAN
Play Video

DEBOUT SUR LE ZINC CHANTE VIAN

Les multi instrumentistes de Debout sur le zinc fêtent les 100 ans de la naissance de Boris Vian, touche à tout de génie. Six garçons dans le Vian qui livrent une relecture vivifiante de ces textes intemporels dont certains inédits.

Georges Brassens disait: « Si les chansons de Boris Vian n’existaient pas, il nous manquerait quelque chose ». C’est certain ! Vian nous a laissé un foisonnement de folies plus riches les unes que les autres.

Quel vertige que de se plonger dans l’œuvre de cet ingénieur/musicien/poète/scénariste/parolier/chanteur/écrivain/traducteur. Il nous est presque impensable d’imaginer qu’en seulement 39 ans de vie il ait pu réaliser tant de choses.

Se frotter à Vian c’est prendre le risque de renouer avec son âme d’enfant, d’exprimer à voix haute nos rêves les plus fantasques. De dire oui à l’impossible et de faire de l’absurde notre meilleur ami.

Et qui mieux que Debout sur le Zinc pour porter haut et fort l’étendard de la pataphysique moderne. La pétillance et la brillance de leurs arrangements musicaux mis au service des textes universels de Vian font ressortir tout le modernisme et l’intemporalité des idées de ce fantaisiste engagé. Les chansons choisies sont un mélange de titres connus tels « Le déserteur » et « Je voudrais pas crever » et, grâce aux Editions & Productions Jacques Canetti et aux Editions Majestic, à des titres beaucoup moins connus du grand public comme « La complainte du priapisme », « S’il pleuvait des larmes » et « de velours et de soie ».

[…] plus qu’un hommage à l’artiste, ce spectacle/concert nous emmène sur les traces de l’homme. De cet homme qui à travers ses chansons décrit les problématiques d’un tout à chacun. De comment il grandit. Se cherche. Se trouve, ou non. De la poursuite de ses Rêves. De comment il survit à l’Amour. De comment il apprivoise la Vieillesse. Et du triste constat que la Mort n’est définitivement pas drôle puisqu’elle ne supporte pas la répétition.

Nikola Carton, Metteur en Scène

 

 PRESSE

Debout Sur Le Zinc, ce ne sont pas 4 garçons, mais «6 gars dans le vent » rendant hommage à Boris Vian !

Faut-il d’ailleurs parler d’hommage ? Rien n’est moins sûr lorsque l’on découvre leur spectacle où les chansons de l’auteur de L’écume des jours bénéficient d’arrangements subtils, de compositions originales, d’intertextes imprévus au service d’une mise en scène foisonnante et remplie d’émotion.

Leurs multiples talents d’instrumentistes transposent l’univers de Boris Vian qui vient lui- même nourrir l’âme et l’originalité de cet orchestre. Ces garçons ont du « Vian dans leur crâne » et je vous conseille de « ne pas crever » sans avoir vu leur spectacle même si vous êtes « snob » !

Nicole Bertolt, Mandataire pour l’œuvre et directrice du patrimoine de Boris Vian

 

 

musique
Dates
ven 11 décembre 2020 - 21:00
Lieu
Orange Bleue
Tarif
Partagez !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Cédric Ermolieff (batterie)

Chadi Chouman (guitares, trompinette)

Olivier Sulpice (banjo, mandoline)

Simon Mimoun (chant, violon, trompette)

Romain Sassigneux (chant, guitare, clarinette)

Thomas Benoit (contre basse)

vous aimerez aussi